Already a subscriber? - Login here
Not yet a subscriber? - Subscribe here

Browse by:



Displaying: 11-20 of 310 documents


normes esthétiques
11. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Jan Mukařovský La norme esthétique
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Il faut distinguer entre la norme et sa codification : la norme non codifiée est une force qui dirige la réalisation de la fonction correspondante. C’est un aspect fondamental de la norme en général, car beaucoup de normes valables n’arrivent pas à la codification, quelques-unes n’en sont même pas capables. Cela est valable pour toutes les normes, surtout pour la norme esthétique qui est plus dynamique que les autres : si, ordinairement, l’application de la norme manifeste la tendance à accomplir le postulat qu’elle pose, l’application de la norme esthétique dans l’art, qui est le domaine de l’esthétique par excellence, est dominée par la tendance contraire : altérer la norme. La structure de l’oeuvre d’art a le caractère de l’équilibre labile des différents types de normes esthétiques qui se font valoir dans l’oeuvre et sont appliquées en partie positivement, en partie négativement.
12. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
F. Mirabent Les valeurs esthétiques et le jugement du goût
abstract | view |  rights & permissions | cited by
I. Les diverses espèces de jugements (logique, moral, esthétique). Sentiment du beau et jugement. — II. Le jugement esthétique, partant de conclusions individuelles multiples sur le Beau, aspire à l’unité et à l’universalité. — III. L’analyse critique opposée au dogmatisme. Les difficultés spéciales du jugement esthétique. Esthétique et réalité. — IV. Le rapport de l’esthétique avec la philosophie des valeurs; essence et valeur. —V. Comment l’esthétique dépasse l’empirisme en évitant les abstractions. — VI. Comment le jugement esthétique, bien que subjectif, n’admet pas l’explication subjectiviste et relativiste.
13. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Pierre Guastalla Valeur esthétique et rendement d’une oeuvre d’art
abstract | view |  rights & permissions | cited by
1. La valeur esthétique est le fait d’un couple, elle naît de la rencontre d’une construction et d’un individu. — 2. Recherche des éléments de la délectation esthétique. — 3. L’oeuvre d’art envisagée comme construction. Le jugement de valeur considéré comme jugement de rendement. — 4. Le problème du goût : oeuvre et culture ; valeur actuelle et valeur permanente. — 5. Le problème des oeuvres manquées. — 6. Conclusion : Relativité de la valeur. Tout jugement objectif ne peut être qu’un jugement de valeur possible.
14. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Mieczysłàw Wallis-Walfisz Vérité et validité des propositions esthétiques
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Par « proposition esthétique » nous entendons l’énoncé d’un jugement esthétique, c’est-à-dire d’une appréciation esthétique. Il convient de distinguer les propositions personnelles et impersonnelles. D’après l’opinion courante, les propositions personnelles constituent les raisons dont les propositions impersonnelles découlent comme conséquences. En réalité, les propositions personnelles sont des conséquences auxquelles nous choisissons des raisons sous forme de propositions impersonnelles. Pour fonder les propositions impersonnelles, les propositions personnelles les plus appropriées sont les propositions personnelles « vraies » et « valables ». Une proposition personnelle est « vraie quand le sujet constate une expérience esthétique qu’il a eue réellement. Elle est « vraie » et « valable » quand le sujet constate une expérience qu’il a eue réellement et quand cette expérience a été une expérience esthétique « adéquate ». Si nous tenons compte des causes variées d’expériences esthétiques inadéquates et des nombreuses possibilités d’erreur dont s’accompagne le passage des propositions personnelles aux propositions impersonnelles, la divergence des propositions esthétiques, d’abord si inquiétante, ne doit plus nous étonner.
15. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Mercedes Gallagher Parks La méthode comme base d’une esthétique vraie
abstract | view |  rights & permissions | cited by
L’esthétique est l’activité intellectuelle qui a le plus besoin de méthode cartésienne. Elle échappe à tous les contrôles auxquelles sont soumises la science, les activités pratiques, et même la religieuse, par l’autorité des mathématiques, de la logique et par les résultats concrets et le bon sens. L’esthétique est ainsi restée arriérée dans la marche intellectuelle, traînant encore de vieilles erreurs. Le moment est venu ou elle doit se renouveler de fend en comble par le moyen de la psychologie et du concept bergsonien de l’art, et surtout en s’appuyant sur la discipline cartésienne.
16. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Table Générale des Communications
view |  rights & permissions | cited by
17. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Index Alphabétique des Auteurs
view |  rights & permissions | cited by
valeur et cosmologie
18. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
J. E. Boodin Cosmic Implications of Normative Structure
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Nous considérons la structure (ou arrangement ordonné) dans son rapport au temps : sous ce rapport, la structure est normative, et l’avenir aide à constituer le présent et le passé. Des exemples sont empruntés à l’embryologie et à la géologie. On explique pourquoi il est difficile de concevoir une structure cosmique spatio-temporelle, et comment le développement récent de la physique nous y aide ; dans cette physique, la notion de structure cosmique a un rôle éminent. Il en résulte que seules sont viables les combinaisons qui sont dans La ligne historique de la nature.
19. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
J. E. Salomaa Pessimismus und Optimismus als philosophische Frage
abstract | view |  rights & permissions | cited by
L’on considère quelques raisons en faveur du pessimisme et de l’optimisme ; et l’on arrive à ce résultat, qu’elles restent sur un terrain subjectif, où une décision scientifique entre les diverses conceptions est impossible. Pour faire de la question du pessimisme et de l’optimisme une question scientifique, il faut prendre pour problème la possibilité et la validité de l’évaluation, dans toute son étendue. Pessimisme et optimisme se transforment alors en positions, opposées l’une à l’autre, de la philosophie des valeurs, le pessimisme niant totalement la validité des jugements de valeur, que l’optimisme affirme.
20. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
Léopold Silberstein Indéterminisme et point de vue normatif
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le dualisme de Kant doit être remplacé par une différenciation plus subtile. L’indéterminisme n’est plus pour nous notion contradictoire du déterminisme ; la norme, individuelle ou sociale, ne doit plus être dépourvue de tout élément empirique. Connexion du déterminisme avec le rationalisme : le « rationalisme interventionniste » prouve l’impossibilité d’un point de vue radical. En un sens modifié, le moment indéterministe demeure et se conserve dans la pensée normative ; même les normes apparemment déterministes de Nietzsche n’en sont pas moins libres. La norme sociale n’est pas possible sans une hiérarchie des connexes, et celle-ci a pour prémisse un pluralisme des sphères ontiques, dont le heurt représente le moment indéterministe. La détermination intégrale, elle, tient, au contraire, de la métaphysique.