Narrow search


By category:

By publication type:

By language:

By journals:

By document type:


Displaying: 1-10 of 23 documents

0.054 sec

1. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 1
Youli Rapti La Politique de la Culture de Masse selon Theodor Adorno et Walter Benjamin
abstract | view |  rights & permissions
L’industrie de la culture qui est apparue en parallèle avec l’affaiblissement du dipôle travail social – art contemporain, a en même temps affaibli la possibilité des avant‐gardes de constituer une activité purement intellectuelle et artistique. C’est clair que l’apparition de cette culture de masse vient se lier avec l’évincement de l’art moderne authentique et la disparition quasi-totale de la culture populaire. Je pense que c’est indispensable de mentionner les points de vue des philosophes allemands, Theodor Adorno et Walter Benjamin car je considère que malgré leurs limites historiques, ils exercent une influence déterminante sur la pensée contemporaine qui se relate à l’art dans le cadre de la société moderne postindustrielle.
2. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 10
Sorin-Tudor Maxim, Elena Maxim La Critique de la tolérance
abstract | view |  rights & permissions
A critical approach on tolerance can be done as an endeavor to asset its rational arguments brought in its support or/and as a justification of its moral value within the process of human being completion. The commitment to such critical task is more necessary as it is unyieldingness summon in contemporary debates in political religious and, especially moral contexts, it has been equally valorized and contested. The most remarkable analyses of this rather summary rubric for many and often contradictory connotations, then concept, underline the idea that a limit-matter is at stake: can be tolerated the intolerable? Because these boundaries are hard to be distinguished the critical position intellectually reasonable seems to be that of examining if is not more socially profitable and morally justifiable to be tolerant rather than intolerant.Developing possible arguments for and against the universal value of tolerance, critical discourse imposes a very meaningful statement: to uphold our humanity, even the demand for our right to intolerance must be done within the framework and with the means of tolerance.
3. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 12
Makoto Sekimura Relation Dynamique entre Image et Forme dans la Pensée de Platon
abstract | view |  rights & permissions
On sait que Platon fait grand cas des êtres intelligibles en instaurant la théorie des Idées. Mais il n’est pas approprié de le considérer comme penseur qui néglige le rôle de l’apparence sensible. Ce philosophe demeure très sensible à la modalité par laquelle les phénomènes apparaissent dans le champ de notreperception. En distinguant deux types d’apparence : image et simulacre, il donne à l’image le rôle d’intermédiaire actif entre le sensible et l’intelligible. L’examen des modalités des actions humaines qui reçoivent et créent des images, nous aide à voir comment Platon intègre la fonction des images dans la structure de sa philosophie. La réception et la création des images sont étroitement reliées et synthétisées pour former le système original de Platon, système dans lequel le fondement de la théorie des Idées relève d’un certain dynamisme de l’action humaine. Dans la recherche relative à la modalité de réception et de création des images, je porte mon attention sur l’usage platonicien du terme tupos qui exprime le principe de la conformité de l’image et de son modèle.Notamment dans la théorie de la formation des futurs gardiens de la cité idéale, le tupos fonctionne, comme un principe qui réglemente et oriente à plusieurs niveaux les activités de la mimèsis et de la poièsis qui portent sur les images. La réflexion sur cette fonction conductrice
4. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 12
Jean-Jacques Wunenburger Contribution a une Logique Paradoxale du Symbolique
abstract | view |  rights & permissions
l’expression symbolique gagne à être distinguée de la logique synthématique propre aux signes, comme une forme de pensée analogique et participative. Mais sa richesse nécessite une approche paradoxale : elle se donne à la fois comme libre et conventionnelle et comme motivée par une consistance sémantique interne ; elle apparaît à la fois comme transubjective et comme exposée à une compréhension hermeneutique subjective ; elle exige à la fois unedisposition existentielle qui en assure la réceptivité et un engagement actif de la totalité du sujet.
5. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 14
Hyun Sok Chung Siger de Brabant contre St. Thomas d’Aquin: Á Propos de la Séparabilité du l’Intellect Humain
abstract | view |  rights & permissions
Siger conçoit sa critique à l’encontre de la théorie thomasienne de l’intellect en s’appuyant sur les adages tels que « agere sequitur formam » et « potentia non potest esse simplicior aut immaterialior quam eius substantia ». Structurant son argumentation autour de ces deux principes, il tente de démontrer que la position de Thomas d’Aquin se réduit finalement à une position matérialiste ou, se révèle encore être philosophiquement intenable lorsque ce dernier soutientces deux thèses qui, pour Siger, sont contradictoires, à savoir que l’intellect est, d’une part, une des parties de l’âme humaine et d’autre part une puissance indépendante et séparée du corps. Or, Siger semble faire l’économie de l’une de ses arguments les plus puissants qui peut, a priori saper le fondement même de la théorie de l’intellect chez Thomas, à savoir le problème de se séparation du corps. Cependant, une analyse détaillée de la terminologie thomasienne nousrévèle la raison qui a poussé Siger à ne pas utiliser cette critique majeure ; en effet, il était conscient que cet argument qui semblait indiquer un possible incompatibilité entre l’intellect et le corps ne se réduisait en réalité qu’à un problème unsinnig. Cette retenue et cette maîtrise témoignent de de la perspicacité de Siger qui a su précisément demeurer à l’intérieur de la limite conceptuelle où il lui est possible de se présenter non pas comme un critique manqué deThomas d’Aquin, mais comme un véritable philosophe capable de mettre sa position en parallèl avec celle thomasienne concernant l’homme pensant ou « cet homme-ci qui pense ».
6. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 2
Clara Acker Présence de Dionysos dans la Philosophie de Platon
abstract | view |  rights & permissions
This communication wants to deal with the relations between the Philosophy of Plato and the cult of Dionysus in Ancient Greece. This makes necessary to distinguish the cult of Dionysus with its feasts and secret rituals, especially the maenadic rites of women, from orphism. The Maenads practiced rites closely associated with mania and those rites included bloody sacrifice (sparagmos) and the consommation of raw flesh (omophagy). As we assumed in our book“Dionysos em transe: la voix des femmes”, this cult was an iniciatic feminine rite, connected to biological transformations particular to women, as pregnance and birth. At the other side, orphism is an asceptic and vegetarian sect, which clearly influenced some platonic theories, as exposed in Cratyle or Gorgias, concerning “the body as the tomb of the soul”. What we want to show here is the dionysiac character of some other theories, as those about the mania in Phaedrus or even the so called “platonic theory of Love” in the Symposium. We are dealing than with the definition of Philosophy itself in platonic dialogs: is Philosophy a study about death as orphic influence demands or is it a work of birth, as dionysiac influence suggests?
7. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 21
Sun Mira Paul Ricoeur et la Semiotique Cognitive
8. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 21
Petru Bejan Deleuze et la Métaphore du Nomade
abstract | view |  rights & permissions
L'intention du texte ci-dessous est de suivre la manière dont la métaphore assume une condition "nomade". Je ne poursuis pas, ce faisant, une appropriation des occurrences sémantiques d'un vocable revendiqué par le discours postmoderne, encore moins lui attacher abusivement des significations étrangères ou inactuelles. Le meilleur exemple de prise en charge du "nomadisme" dans le champ métaphorique est précisément la figure classique, dans l'acception de Deleuze, du "nomade" - preuve éloquente de ce que la "chasse" à la métaphore dans le discours philosophique peut être une entreprise à la fois agréable et profitable. Quel est le sens que Deleuze attribue à son "nomade" ? Ce terme en lui-même, a-t-il une charge intensionnelle différente de celle des étymologiesconventionnelles? Est-il métaphore ou plutôt "personnage conceptuel" ? Les "figures", dans le discours deleuzien, ont-elles un statut comparable à celui des concepts? Quelle place occupent-elles vraiment dans la configuration de la philosophie de Deleuze? Quelles sont les affinités entre Deleuze et Foucault dans laperspective du motif en discussion?
9. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 26
Cecilia Popescu Latiş La Polyphonie des Temps chez Vintila Horia: Vintila Horia – Les Clefs du Crépuscule
abstract | view |  rights & permissions
La communication se rapporte à la richesse des interprétations temporelles par l’intermédiaire de Vintila Horia, l’une des personnalités du XX‐e siècle, qui l’applique à l’histoire du monde par ses personnages, leurs époques et les conceptions de vie correspondantes, phénomène exprimé à l’aide de l’art littéraire d’une complexité particulière, invitant à la méditation et aux réactions nécessaires. Le but de sa création est d’éclaircir la personnalité humaine dans sa variété expressive, modulée par le contexte philosophique dans lequel chacun réagit conformément à sa raison et aux procès à caractère social, politique et culturel caractéristiques à la société décrite.
10. Proceedings of the XXII World Congress of Philosophy: Volume > 26
Roxana-Ema Guliciuc Le Cadre Spatio-temporel de la Marginalisation chez J.-M.G. Le Clézio et Göran Tunström
abstract | view |  rights & permissions
Dans l’imaginaire philosophique de J.-M.G. Le Clézio et de Göran Tunström, le rapport centralité / marginalisation occupe une place extrêmement importante. Les personnages de ces deux écrivains sont souvent intégrés dans des sociétés plus ou moins ouvertes, où l’isolement représente l’élément central. Ayant une certe philosophie implicite, mais loin de proposer l’image d’une société parfaite, les romans de J.-M.G. Le Clézio et de Göran Tunström, décrivent, tout aucontraire, la vie des enfants dans une collectivité qui ne les aime pas, où règnent la pauvreté, ainsi que la haine. S’assumer le statut de marginalisé dans un monde aliéné nous démontre à quel point ce thème reste significatif pour la compréhension des personnages.