Displaying: 1-20 of 21 documents

0.212 sec

1. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
J. E. Boodin Cosmic Implications of Normative Structure
abstract | view |  rights & permissions
Nous considérons la structure (ou arrangement ordonné) dans son rapport au temps : sous ce rapport, la structure est normative, et l’avenir aide à constituer le présent et le passé. Des exemples sont empruntés à l’embryologie et à la géologie. On explique pourquoi il est difficile de concevoir une structure cosmique spatio-temporelle, et comment le développement récent de la physique nous y aide ; dans cette physique, la notion de structure cosmique a un rôle éminent. Il en résulte que seules sont viables les combinaisons qui sont dans La ligne historique de la nature.
2. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
Daniel S. Robinson Ethics and Law
abstract | view |  rights & permissions
On rejette deux théories de la relation de la morale avec la loi : identification de la morale et de la loi ; conception de la loi comme minimum moral. Loi et morale se recouvrent en ce qu’il y a une série de normes dont l’une et l’autre tirent leur valeur. La morale pourrait donner une contribution importante à la loi en éclaircissant ces normes.
3. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
William David Ross The Meanings of “Good ”
abstract | view |  rights & permissions
On soutient souvent que le bien moral, l’activité intellectuelle correcte et les plaisirs comme tels sont des biens dans le même sens. Mais la réflexion montre que, tandis que les deux premiers sont des biens au sens de choses à admirer, le plaisir comme tel n’est jamais à admirer, simplement pour son caractère plaisant. Pourtant nous sentons le devoir de produire certains plaisirs qui ne sont pas à admirer, c’est-à-dire qui sont moralement neutres, par exemple des plaisirs des sens pour les autres, et, d’une manière encore plus évidente, le devoir de ne pas produire pour eux des peines des sens, moralement neutres. C’est pourquoi il paraît que, à côté du sens du mot « bien » comme « digne d’admiration », nous devons reconnaître un autre sens, celui de « digne d’intérêt », et qu’il est autant de notre devoir de produire ce qui est bien en ce sens que ce qui est bien dans l’autre sens.
4. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Earl of Listowel The Distinctive Feature of Aesthetic Value
abstract | view |  rights & permissions
Le problème est de distinguer la valeur esthétique des autres valeurs philosophiques, de la valeur économique et des valeurs biologiques de la vie végétale ou animale. L’hypothèse soutenue est que l’expérience esthétique est caractérisée d’abord par un équilibre ou balance de forces psychologiques, par un état d'harmonie mentale. Cette hypothèse s’appuie sur l’harmonie entre le conscient et l’inconscient dans la création artistique ; entre la sensation, l’effort, le sentiment et la connaissance dans la contemplation artistique ; et entre le sujet et l’objet en communication avec une oeuvre d’art ou dans la jouissance de la nature.
5. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
G. R. Morrow Law as Order and as Command
abstract | view |  rights & permissions
La loi est essentiellement un ordre dans les relations humaines qui vient non du commandement d’un supérieur, mais d’un ajustement mutuel des volontés sous les nécessités d’une entreprise en commun. Par conséquent, l’autorité de la loi repose sur l’étendue des intérêts qu’elle s’efforce d’ordonner, et sur son succès à produire l’accord des volontés. L’État est l’organe et non la source de l’autorité de la loi.
6. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 2
K. R. Sreenivasa Iyengar The Nature of Descartes’ Method
abstract | view |  rights & permissions
On montre ici que la méthode de Descartes n’est pas déductive, mais présuppositionnelle. La logique de présupposition est une forme de logique réaliste qui admet qu’il y a des réels, indépendants l’un de l’autre dans leur essence, et échappant à toute déduction réciproque, mais qui, dans leur existence, soutiennent une relation telle que l’un présuppose l’autre, c’est-à-dire en dépend. Le cogito, le critère cartésien, l’idée de cause, les preuves de l’existence de Dieu, etc., tout cela tire une signification nouvelle et plus riche de cette méthode neuve d’interprétation.
7. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 2
Léon Roth The Descartes-Huygens Correspondance
abstract | view |  rights & permissions
La correspondance entre Descartes et Huygens, quoique maintenant absorbée dans le corpus général des lettres de Descartes, garde son intérêt et son importance propre. A part son caractère unique, comme série complète de lettres échangées entre deux hommes d’une distinction si différente, elle nous montre avec quelle précaution il nous faut accepter le texte des lettres de Clerselier et le récit de Baillet sur la vie de Descartes en Hollande. Et comme toutes les vies de Descartes reposent finalement sur Clerselier et Baillet, notre Correspondance nous montre qu’il est nécessaire d’examiner à nouveau tout le problème.
8. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Paul Russell Anderson Descartes’ Influence in Seventeenth-Century England
abstract | view |  rights & permissions
Descartes a occupé le centre de la scène intellectuelle en Angleterre bien que son influence ait été due à des circonstances accidentelles et à de vigoureuses critiques plutôt qu’à des disciples consciencieux. Son rationalisme offrait la certitude en religion et une interprétation de la science. Mélangé à l’expéri- mentalisme anglais, il a créé une ambiguïté dans la méthode scientifique et il a conduit à des controverses sur la nature de la connaissance. Son mécanisme a inspiré une étude critique et il a influencé les théories anglaises de l’espace et du temps. Quand sa science a été employée à la défense de la religion, elle a signifié le développement d’interprétations nouvelles sur Dieu, et elle a conduit aux controverses du déisme.
9. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Prabhu Dutt Shastri Descartes’ Method in the Light of Hindu Metaphysics
10. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Ralph Tyler Flewelling Chinese Influences in Late Cartesianism
abstract | view |  rights & permissions
La science nouvelle, dont la philosophie de Descartes est une lumineuse expression, s’est tournée vers l’étude de la nature. L’intérêt pour le naturalisme s’augmenta grandement grâce aux nouvelles sources d’information concernant la philosophie chinoise. Cette rencontre donna naissance à la théorie de la religion naturelle opposée à la religion révélée, à la théorie de l’éducation naturelle et au mouvement dit physiocratique. La connaissance des influences chinoises repose surtout sur les recherches de quelques savants français, mais elle n’a jamais été convenablement traitée dans les histoires générales de la philosophie.
11. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 4
Arthur E. Murphy A Critique of Positivism
abstract | view |  rights & permissions
Le positivisme, de Comte à Carnap, a marqué une étape dans le développement d’une science spéciale (sociologie, psychologie ou logique) en dehors des sujets traités jusque là par la philosophie. Cette communication montre que la « syntaxe logique » de Carnap comme la « synthèse subjective » de Comte est un hybride, — une tranche de la philosophie en train de devenir science, et essayant, à l’étape intermédiaire de son processus, d’être à la fois science et philosophie.
12. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 5
Ludwig von Mises The Logical Character of the Science of Human Conduct
abstract | view |  rights & permissions
La science des lois générales régissant le comportement humain ne saurait être fondée sur l’expérience, vu que les sciences sociales ne se prêtent pas à l’expérimentation directe et que des complexes de phénomènes, tels que ceux qui s’offrent dans la réalité donnée, ne peuvent servir de base à l’élaboration d’un système scientifique. La Praxéologie, qui est la science exacte du comportement humain et dont l’Économie Politique constitue à ce jour la partie la plus évoluée, ne peut être, par suite, qu’une science déductive. Elle ne peut se fonder que surl’analyse des éléments de l’action et de ses principes logiques, que l’homme, être agissant, peut découvrir dans son esprit et dans sa conscience.
13. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 5
Richard Robinson The discourse on Method in Republic (510-511)
14. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
G.-F. Hemens Contacts between Modern Physics and Philosophical Idealism
abstract | view |  rights & permissions
Hegel montre que la vérité est éternelle, que l'ego est l’unité de la vérité, et par là éternel, et que l’objectivité est issue du corps de vérité conceptuelle connue. La physique joue le mêmе role pour l’univers physique : un corps de vérité, mathématiquement déduit d’une identité А = A, et une objectivité, issue de ce corps de vérité qui n’existe qu’une fois connu. L’identité А = A est identifiable avec le ego sum ego.
15. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
F. C. S. Schiller How Far does Science Need Determinism?
abstract | view |  rights & permissions
Les résultats de la physique quantique rendent manifeste une vérité que les philosophes sont en général mal disposés à reconnaître : c’est que le déterminisme n’est pas une affirmation sur la structure des choses, mais une méthode qui ne sert qu’à prédire le cours futur des événements. Les savants, en découvrant ses limites, ont donné aux philosophes et surtout aux logiciens une leçon inestimable sur la methode de la science et la nature de la eonnaissance.
16. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
A.-C. Ewing Cause and Reason
abstract | view |  rights & permissions
Cet artide soutient que la causation enveloppe une connexion logique ; car : a) toutes les régularités que nous rencontrons dans la nature seraient d’incroyables coïncidences s’il n’y avait quelque raison pour les expliquer ; b) toute induction suppose que nous avons le droit de conclure de la cause à l’effet et vice-versa ; mais nous ne pouvons avoir le droit d’arriver à une conclusion en partant de prémisses qui n’impliquent pas la conclusion. Si cette vue est acceptée, il nous faut penser que le monde participe à la nature d’un système rationnel plus qu’on ne le croit ordinairement aujourd’hui.
17. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
William Pepperell Montague Substance, Potentiality and Cause: A Positivistic Theory of Rationalistic Categories
abstract | view |  rights & permissions
Dans la présente communication, je développe une théorie destinée à servir d’intermédiaire entre le positivisme et le rationalisme. Dans cette théorie, les catégories rationalistes ou extra-experiméntales sont acceptées comme valides ; mais on montre la manière dont elles peuvent être interprétées en termes positivistes ou intérieurs à l’expérience. Je propose : I. De définir la catégorie rationaliste de substance en même temps que ses dérivés, Potentialité et Cause ;II. D’analyser et d’apprécier l’attitude des rationalistes et des positivistes envers ces catégories ; III. De soutenir une théorie qui soit un compromis et d’expliquer son affiliation aux systèmes métaphysiques, de Bergson et de Descartes.
18. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
P. S. Naidu The Principle of Uncertainty: “A Prospect and a Retrospect”
abstract | view |  rights & permissions
Le principe d’incertitude, qui a pris une extraordinaire importance dans la science contemporaine, révèle l’impossibilité des affirmations si fréquentes, que le monde physique et l’expérience sensible sont les seules choses qui comptent. Ce principe montre aussi combien est illégitime la tendance à considérer comme objectives et concrètes les hypothèses de travail. En biologie comme en physique, l’étude expérimentale du règne sous-microscopique est une source de surprise: le comportement des éléments sous-nucléaires nous force à reconnaître partout une action directrice. Quand on considère d'ensemble avec critique les résultats de la physique et de la biologie actuelles, on trouve qu’une orientation n’y est possible qu’a la lumiere du concept de dessein, qui devrait être le principe directeur de toute méthode scientifique.
19. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 8
John Laird Reflexive and Transcendent Cognition
abstract | view |  rights & permissions
Toute connaissance est à la fois transcendante et réflexive ; elle est transcendante, puisque tout savoir est savoir de quelque chose ; on prouve qu’il en est ainsi, même lorsqu’il s’agit de la connaissance de soi ; elle est réflexive puisque tout savoir est conscient. Il y a d’ailleurs, entre ces deux caractères, une disparité radicale, et c’est ce que montre l’analyse des arguments de ceux qui croient trouver une contradiction dans la notion d’une « connaissance de soi transcendante ».
20. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 9
Har Dayal Personality and super-personality
abstract | view |  rights & permissions
La conscience, qui est un attribut de tous les êtres vivants, se développe, chez l’homme, en conscience de soi et personnalité. Dans le sommeil, l’hypnose et l’évanouissement reste seule la subconscience. Mais la conscience de soi disparaît aussi dans l’activité créatrice artistique, dans la contemplation du grand art, dans la concentration de la recherche scientifique, dans l’expérience émotionnelle de l’accroissement de pouvoir et dans la psychologie des foules. Dans des cas de ce genre, la connaissance de soi et la dualité du sujet et de l’objet disparaissent, mais la personnalité humaine est plus harmonieuse et intégrée. Cette superconscience ou superpersonnalité supérieure est une et indivisible pour toute la race humaine : c’est le Moi social, dans lequel plongent nos moi séparés.