Displaying: 1-20 of 133 documents

0.148 sec

1. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Gerhard Meyer Neuere Literatur über Planwirtschaft
2. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Theodor Wiesengrund-Adorno Zur gesellschaftlichen Lage der Musik
3. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Erich Fromm Die psychoanalytische Charakterologie und ihre Bedeutung für die Sozialpsychologie
4. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Julian Gumperz Zur Soziologie des amerikanischen Parteiensystems
5. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Andries Sternheim Zum Problem der Freizeitgestaltung
6. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 1 > Issue: 3
Franz Borkenau Zur Soziologie des mechanistischen Weltbildes
7. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 1
Max Horkheimer Materialismus und Metaphysik
8. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 1
Kurt Baumann Autarkie und Planwirtschaft
9. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 1
Leo Löwenthal Conrad Ferdinand Meyers heroische Geschichtsauffassung
10. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 1
Georg Rusche Arbeitsmarkt und Strafvollzug: Gedanken zur Soziologie der Strafjustiz
11. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Friedrich Pollock Bemerkungen zur Wirtschaftskrise
abstract | view |  rights & permissions
L'auteur cherche à expliquer la gravité exceptionnelle de la crise économique par la rencontre de trois éléments de perturbation : la crise normale du cycle économique, aggravée à la fois par des foyers de perturbation occasionnels, apparemment „uniques“, et par des modifications structurelles qui menacent de suspendre le fonctionnement du mécanisme du marché et des crises.Cependant la crise est arrivée à tel point qu'une politique économique énergique et consciente pourrait contribuer à surmonter la dépression. On peut toutefois se demander combien de temps un nouvel essor serait susceptible de durer, et si les mesures destinées à combattre la crise n'entraîneraient pas elles-mêmes des crises nouvelles et encore plus graves.Pour éclaircir ce problème, l'auteur cherche à discerner quels sont les moyens que pourrait employer le système économique actuel, basé sur la propriété privée des moyens de production, pour s'adapter aux circonstances, sans renier son principe fondamental. Les résultats de cette recherche fournissent des points de repère sur l’état de l'économie et de la société dans la nouvelle phase du système capitaliste inauguré par la guerre mondiale.An explanation for the extraordinary severity of the economic crisis is sought in the conjunction of three groups of disturbing factors. The normal crisis of the business cycle is accentuated not only by seemingly „unique“ accidental conglomerations of disturbing factors, but also by structural changes which call into question the functioning of the market and crisis mechanism.The crisis, however, has reached a point where a clear-sighted economic policy may lead to overcome the crisis. Meanwhile it is questionable how long a new prosperity will last, and whether the measures taken to overcome the crisis, will not themselves bring about new and still more severe crises.To throw light on this problem reflections are presented as to which suitable method an economic system, based on the private ownership in the means of production, can apply without disturbing this basis. The results of this investigation furnish facts which may help to form an opinion as to the conditions of the economic system and society in this new phase of Capitalism, which the world war has introduced.
12. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Robert Briffault Family Sentiments
abstract | view |  rights & permissions
Die „family sentiments“ sind nichts Ursprüngliches, sondern entfalten sich erst beim Vorhandensein bestimmter ökonomischer Tatbestände. Sie können deshalb auch nicht als Erklärung für den Ursprung der Familie dienen. Die jeweils herrschenden Auffassungen über die Grundlagen der Verwandtschaft sind ganz verschieden ; jedenfalls bildet diese nicht etwa selbst die Grundlage der gesellschaftlichen Organisation, sondern das umgekehrte Verhältnis trifft zu. Die juristische Verwandtschaft beruht häufig nicht auf Blutszusammengehörigkeit, und die Nomenklatur der Unterscheidung der Grade der Verwandtschaft gewinnt erst in der patriarchalischen Familie ihre volle Bedeutung. Die Gefühle zwischen den Familienmitgliedern können nicht als naturgegeben gelten, denn sonst müssten sie auch bei den Tieren Vorkommen. Der Zusammenhalt zwischen den Mitgliedern einer Gruppe, der bei Tieren beobachtet wird, beruht nicht auf gefühlsmässiger Bindung, sondern auf ökonomischen Faktoren. Die Bindung der Mutter an die Kinder findet sich gewiss auch bei vielen Tieren, aber was wir Mutterliebe nennen, ist etwas anderes, denn jene Bindung bezieht sich bei dem Muttertier unterschiedslos auch auf fremde Junge. Besonders wichtig für die Beurteilung des Charakters der „family sentiments“ ist die Differenzierung der Gefühle zwischen den Mitgliedern einer Gruppe, wenn die ökonomische Grundlage sich ändert, sowie die Anpassung der Gefühle an neue Funktionen. Weitere Beispiele für die Abhängigkeit der „family sentiments“ von ökonomischen Tatbeständen bieten die Erklärung ihrer Verschiedenheit in der englischen und französischen Familie oder die Folgen der industriellen Revolution. Mit dem Sieg der liberalistischen Wirtschaft ändert sich die ganze psychologische Basis für die „family sentiments“, alle gefühlsmässigen Beziehungen werden individualistisch. Die schwere Krise, in die das kapitalistische System geraten ist, greift auch tief in die Familienbeziehungen ein. Jedoch werden die bisher in der Familie aufbewahrten menschlichen Gefühle sich in einer besser organisierten Gesellschaft besser entfalten können.Les „family sentiments“ ne se développèrent qu’en rapport à certains faits économiques. Ils ne sauraient donc servir à expliquer l’origine de la famille. Les conceptions quant à la base de la parenté (en particulier sur la naissance des enfants) qui dominent dans les différentes phases du développement de l’humanité sont très distinctes l’une de l’autre. La base de l’organisation sociale est formée par d’autres éléments que les „family sentiments“. La parenté reconnue ne repose souvent pas sur la parenté du sang. Les noms désignant les degrés de la parenté gagnent leur signification actuelle avec l’apparition dans l’histoire de la famille patriarcale. — Les sentiments entre les différents membres de la famille ne sauraient être considérés comme des données naturelles, car si tel était le cas, on trouverait ces mêmes sentiments également chez les animaux. Les liens entre membres d'un groupe, observés aussi bien chez les animaux que chez les hommes ont pour base des facteurs d'ordre matériel. Le sentiment qui lie la mère à sa progéniture se trouve, il est vrai, chez de nombreux animaux, mais ce n'est point ce que nous appelons aujourd'hui l'amour maternel. Ce lien de la femelle se rencontre aussi bien à l'égard de la progéniture des autres animaux que pour la sienne. Pour être à même de bien juger le caractère des „family sentiments“, il importe surtout d'observer l’adaptation de ces sentiments à de nouvelles exigences, c’est-à-dire comment les sentiments entre membres d'un groupe subissent un changement quand la base économique se trouve modifiée. B. donne d'autres exemples pour la dépendance des „family sentiments“ de facteurs économiques, dans son exposé sur la différence des sentiments dans la famille française et anglaise, tout en décrivant les suites de la révolution industrielle. Avec la victoire du libéralisme économique, la base psychologique pour les „family sentiments“ se transforme entièrement : tous les sentiments revêtent un caractère individualiste. La grande crise dans laquelle le système actuel de l’économie est entré, influence sensiblement les relations psychiques. Les sentiments qui, jusqu'à présent, étaient restreints dans le cadre de la famille, se développeront dans une société mieux organisée que celle de notre époque.
13. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Erich Fromm Robert Briffaults Werk über das Mutterrecht
14. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Paul Ludwig Landsberg Rassenideologie und Rassenwissenschaft: Zur neuesten Literatur über das Rassenproblem
abstract | view |  rights & permissions
L. démontre par une analyse approfondie de la plus importante littérature sur les questions de la race que l'idéologie moderne des races manque de solidité. Celle-ci a quitté la base d'un traitement sérieux et objectif du problème et — en dehors de quelques livres supérieurs — ne sert plus qu'à remplir certaines fonctions politiques et sociales.In an exact analysis of the most important literature on race problems L. demonstrates the scientific untenability of modern race theories. These have completely abandoned serious and factual treatment of the race problem and simply serve to maintain certain political and social functions.
15. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Max Horkheimer Zum Problem der Voraussage in den Sozialwissenschaften
abstract | view |  rights & permissions
Chaque science comprend des jugements ayant trait à Fa venir, non seulement par la formation de „types abstraits“ et de lois (ce qu’on a appelé la „prévision“), mais par des „prédictions“ concrètes, impliquées dans chaque loi scientifique. Les jugements hypothétiques et catégoriques (prévisions et prédictions) exercent, dans le développement des sciences, une influence mutuelle les uns sur les autres. — A l’encontre de la conception traditionnelle, H. est d’avis que la prévision scientifique est facilitée si elle porte plutôt sur des objets pour lesquels la volonté joue un rôle que si elle porte sur la nature hors de l’homme. La prédiction sociologique sera d’autant plus exacte que les événements historiques perdront le caractère de faits provenant d’un mécanisme aveugle et seront en réalité l’oeuvre de la liberté de l’homme.Every science utilizes judgments which embody prediction of the future : this is so, not only in the construction of „abstract types“ and laws (prévision) but also of concrete predictions (prédiction) which are implicated in such laws. Hypothetical and categorical judgments mutually influence each other in the progress of science. H. argues in opposition to the traditional conception, that scientific prediction is less difficult and more reliable in such fields where human freedom plays a role, than in nature external to man. Sociological prediction, will thus become more perfect the more readily social events lose their blind and mechanistic character, and the more they become the works of a rational condition of free man.
16. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 2 > Issue: 3
Andries Sternheim Neue Literatur über Arbeitslosigkeit und Familie
17. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 3 > Issue: 1
Max Horkheimer Zum Rationalismusstreit in der gegenwärtigen Philosophie
abstract | view |  rights & permissions
L’article traite de l’attaque menée aujourd’hui par la philosophie irrationaliste contre le rationalisme, plus précisément des deux grands reproches qui sont faits à la pensée rationaliste : de détruire son objet et d’être essentiellement égoïste. Le premier vise particulièrement la méthode analytique de l’intelligence. Cette méthode, si utile qu’elle soit pour un tel but pratique et restreint, n’aurait aucun rôle à jouer dans les grands problèmes de la vie ; elle devrait abdiquer totalement devant l’intuition et même devant l’enthousiasme pour ce qu’on cherche à pénétrer. L’auteur démontre jusqu’à quel point cette critique est fondée. En effet, le rationalisme, dont les bases philosophiques sont sommairement esquissées par l’auteur, a souvent pris des produits de l’intelligence, des idées abstraites pour les véritables éléments ou pour les causes éternelles de la réalité ; il n’a pas tenu compte de ce que chaque idée est une réaction d’êtres humains de telle époque, de tel groupe social, de telle structure psychique sur telle situation historique. Au lieu d’éviter cette erreur dans ses propres descriptions en se servant d’idées abstraites d’une manière plus souple et plus appropriée à l’objet, l’irrationalisme prétend qu’il faut tout simplement renoncer à l’analyse dans la philosophie. De cette manière, il fait le jeu de toutes les puissances, qui, ayant à craindre la critique de ceux qui dépendent d’elles, leur demandent une obéissance aveugle et mystique. L’article préconise la méthode dialectique comme un effort, en vue d’utiliser les résultats des sciences analytiques pour la reproduction intellectuelle de processus vivants de tous les domaines ; il comprend cette méthode dans le sens matérialiste.Le second reproche adressé au rationalisme est celui de l’individualisme. Ici encore, l’auteur reconnaît que l’irrationalisme a critiqué une qualité de la mentalité rationaliste qui, après avoir été une force productive dans la période passée est devenue vaine dans la nôtre. Comme il l’a fait avec l’analyse, l’irrationalisme rejette entièrement l’intérêt de l’individu pour sa propre existence au lieu de tirer des conséquences positives du fait qu’il ne peut être défendu dans le sens rationaliste. L’irrationalisme exalte le sacrifice du bonheur de l’individu à la „communauté“ sans que celle-ci ne soit aucunement définie ou contrôlée. L’article critique les bases philosophiques de cette subordination à tout prix et explique les mécanismes psychiques qui la rendent possible. Il confronte à la fois cette position et celle du rationalisme à la philosophie dialectique.The article deals with the present day attack on Rationalism led by Anti-Rationalist philosophy, in particular with the two principal criticisms made against Rationalist thought : that it destroys its object, and that it is essentially egoist. The first of these criticisms deals particularly with the analytical method of the intellect. This method, useful though it may be for purely practical and limited ends, has no role to play in the major problems of life : it must abdicate unreservedly before intuition and before enthusiasm for that which one seeks to understand. The author shows the foundation on which this polemic is raised. In fact Rationalism, whose philosophic basis is sketched in outline, has often taken the constructions of the intellect, abstract ideas, for real elements or for universal causes of reality : it has not taken into account the fact that every idea is the product of human beings of a certain epoch, of a certain social group, of a certain mental structure in a given historical situation. But instead of avoiding this error in its own formulations by representing abstract ideas in a more flexible way and in a way more adequate to objective reality, Anti-Rationalism declares that analysis in philosophy must necessarily be renounced unreservedly. In this way it plays the game of all those powers which, fearing the criticism of those who depend on them, demand a blind and mystic obedience. The article considers the dialectic method as the striving to utilise the results of the analytical sciences in such a way as to reproduce in thought concrete living processes in all branches of existence, and understands this method in a materialist sense.The second criticism which is usually levelled at Rationalism is its individualism. Here again the author admits that Anti-Rationalism has indicated an element in Rationalism which, from being a progressive force in the past, has become purposeless in our own day. As it does in the case of analysis, Anti-Rationalism rejects entirely the interest of the individual in his own existence instead of drawing positive conclusions from the fact that it cannot to-day be handled in the rationalist way. Anti-Rationalism exalts sacrifice of individual welfare for the sake of the „community“, without this concept being limited or defined. The article criticises the philosophic basis of this unreserved subordination, and discusses the psychological mechanism which makes it possible. It contrasts both this standpoint and that of Rationalism with dialectic philosophy.
18. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 3 > Issue: 1
Fritz Karsen Neue Literatur über Gesellschaft und Erziehung
19. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 3 > Issue: 1
Walter Benjamin Zum gegenwärtigen gesellschaftlichen Standort des französischen Schriftstellers
abstract | view |  rights & permissions
Cette étude nous offre une analyse de l’attitude des écrivains français contemporains au point de vue social. L’auteur esquisse à grands traits le développement de cette attitude en commençant par Maurice Barrés et décrit les nombreux essais tentés par des écrivains de valeur qui ont voulu s’inspirer de la pensée bourgeoise et représenter cette classe par le moyen de la littérature. La doctrine politique du radical-socialisme d’Alain y est comparée avec le traditionalisme de Barrés. Les efforts de Charles Péguy et de Julien Benda vers une conception normative de la notion du „clerc“, de „l’être intellectuel“ sont décrits quand à leur essence et à leurs limitatons. Une digression sur quelques aspects de belles-lettres : Roman populaire, Ferdinand Céline, Julien Green, fait suite. L’antagonisme entre le poète et l’écrivain sert de trame à une étude de l’oeuvre de Paul Valéry, dans lequel cet antagonisme apparaît le plus nettement. L’orientation sociale actuelle de l’écrivain français se conçoit le mieux lorsqu’on étudie l’oeuvre d’André Gide ; son attitude significative, à un tournant de l’histoire, puise toute sa valeur dans son influence si considérable sur la jeune génération, dont les représentants les plus avancés ont passé par le surréalisme.The object of the following exposition is to determine the attitude of modern French literature, and to trace the main features of its development since Maurice Barrés. We are given the manifold attempts of important authors to inspire themselves with the ideology of the middle class, and to come out on behalf of this class in their writings. Alain’s political doctrine of Radical Socialism is confronted with the reactionary traditionalism of Barrés. Charles Péguy’s and Julien Benda’s exertions to give a normative setting to their concepts of „clerk“ and „intellectual“ are examined both as regards content and definition. We are then presented with some aspects of present-day Belles Lettres : of the „popular novel“, Ferdinand Céline, Julien Green. The antagonism between poet and author is considered in connection with Paul Valéry’s work which shows this most clearly and fruitfully. The present social standpoint of French litterateurs appears in a concentrated form in the life-work of André Gide. His representative position at a turning-point in development is evidenced by his influence on the younger generation, the most advanced of whom have gone beyond and away from Surrealism.
20. Zeitschrift für Sozialforschung: Volume > 3 > Issue: 1
Pauline V. Young Differentiation of Delinquent and Non-Delinquent Boys